Foire aux questions

Combien de temps accueillir ?


Votre proposition d'accueil doit être à votre image et correspondre à vos attentes. Dans le cadre de notre programme d'accueil chez les particuliers, vous pouvez aussi bien proposer un accueil de quelques jours, de quelques semaines ou de quelques mois. Afin d'offrir une stabilisation dans le parcours de logement des personnes accueillies, nous vous recommandons - si vous en avez la possibilité - de proposer quelques mois. Si la cohabitation se passe bien, vous pourrez ensuite, bien entendu, prolonger l’expérience. Vous pouvez accueillir uniquement quelques jours ou quelques semaines ? C'est déjà super ! Nous vous contacterons pour des accueils de plus courtes durées (généralement entre deux accueils plus longs).




Quels sont les objectifs de votre dispositif d'acueil ?


J'accueille est un dispositif favorisant la rencontre entre des personnes réfugiées et les personnes de la société d’accueil. La cohabitation doit permettre aux personnes accueillies de pratiquer la langue française, de se familiariser avec les codes socio-culturels français, de se créer un « réseau » social et professionnel en vue de la réalisation du projet d’inclusion. Il s'agit donc d'un tremplin, c’est une mise en relation destinée à favoriser l’autonomie des personnes réfugiées accueillies, tout en promouvant la puissance de l'action citoyenne.




Êtes-vous présents partout en France ?


Nous développons actuellement notre initiative dans cinq villes de France : Paris, Lille, Lyon, Montpellier et Toulouse. Le programme se développe progressivement dans les régions autour de ces métropoles. Vous habitez en dehors de ces zones ? N’hésitez pas à tout de même remplir le formulaire d’inscription, nous avons de grands plans pour 2021 et nous pourrions arriver plus vite que vous ne le pensez dans votre ville !




Je suis locataire, ai-je le droit d'accueillir ?


Oui, vous avez absolument le droit d’accueillir une personne chez vous, et le fait que la personne soit réfugiée n’est en aucun cas un élément différenciant.




Quel est le statut des personnes accueillies ?


Notre dispositif d’accueil chez les particuliers s’adresse aux personnes bénéficiant de la protection internationale de la France. L’obtention de ce statut signifie que l’Etat français reconnaît que l’Etat d’origine de ces personnes ne peut plus les protéger juridiquement et diplomatiquement. Cette reconnaissance ouvre des droits et devoirs similaires aux citoyens français (dont le droit de travailler).




Est-ce que les personnes réfugiées peuvent travailler ?


Oui. Les personnes accueillies dans le cadre de notre programme bénéficient de la protection de la France. Cette protection les fait tomber dans le droit commun. Ils ont ainsi le droit de travailler, de payer des impôts, d’accéder à la sécurité sociale, de bénéficier de la CAF, des APL, et autres bourses… comme l’ensemble des citoyens français.




Les personnes réfugiées ont-elles des ressources ?


Les personnes réfugiées ne sont pas toutes dans de grandes difficultés. Lorsqu’elles obtiennent leur statut, les personnes réfugiées acquièrent les mêmes droits que les français en termes d’accès aux allocations (RSA, CAF, etc.). Beaucoup d’entre elles travaillent. Certaines personnes pourront – et souhaiteront – participer aux charges de la cohabitation. Ils pourront donc, à défaut de payer un loyer, contribuer aux dépenses de la maison.




Puis-je accueillir des mineurs isolés ?


Malheureusement, l'accueil de mineurs isolés demande une expertise que nous n’avons pas : l'aide sociale à l'enfance. Dès lors, nous n'organisons pas l'accueils de mineurs isolés.




Quels sont les critères pour accueillir ?


Pour accueillir, qu'il s'agisse de quelques semaines ou de quelques mois, nous préconisons d'avoir une chambre de disponible. En effet, tout comme lorsque vous accueillez une personne de votre famille, le canapé dépanne pour quelques jours mais ne convient plus au delà de quelques semaines. Cela permet également à chacun de préserver son intimité. Par contre, c'est davantage envisageable d'un accueil ponctuel de quelques jours. N'hésitez pas à nous contacter pour échanger sur votre projet d'accueil.




Je ne parle pas d’autres langues que le français. Cela peut-il être un frein ?


Tant mieux ! C’est lorsque l’on n’a pas le choix que l’on apprend le mieux. D’ailleurs, il est important d'avoir en tête que la plupart des personnes réfugiées ont déjà passé plus d'un an sur le territoire Français dans le cadre de l'obtention du statut et parlent donc suffisamment pour se faire comprendre. De plus, il est bon de rappeler que la communication verbale ne représente qu’une petite partie des moyens de communication existants. Nos formations sont là pour vous apporter le plus d'outils nécessaires pour vous sentir à l'aise avec cela.




Que se passe-t-il si la cohabitation ne se déroule pas comme je le souhaite ?


En cas de difficultés, dans le cadre de notre accompagnement, nous restons à votre disposition pour répondre à toutes les questions que vous pourriez avoir. Il est possible de mettre en place une médiation afin de trouver des solutions concrètes pour que la cohabitation puisse se poursuivre. En cas de problème trop important, il est possible d’abréger la durée de l’expérience avec l’appui d’une médiatrice.




Que se passe-t-il au terme de la période convenue ?


Dès le début de la cohabitation, l’accueillant et l’accueilli se mettent d’accord sur une fin d’accueil. Par principe, nous proposons une solution temporaire. L’accueil est l’occasion pour l’accueillant et l’accueilli de réfléchir ensemble au projet de vie, d’emploi et de logement de la personne accueillie. De plus, un travailleur social accompagne la personne accueillie dans ses démarches d’accès au droit commun, et donc dans ses démarches vers le logement. Si la personne accueillie trouve une solution de logement, tout est joué. Si la personne accueillie reste dans le programme, nous la mettrons en lien avec une autre famille.




J’aimerais accueillir des personnes d’une nationalité en particulier, ou des membres d’une confession particulière, est-ce possible ?


Notre objectif est de mettre en relation des personnes réfugiées avec des personnes ayant les mêmes centres d’intérêt et/ou des expériences professionnelles similaires. Nous nous basons également sur des critères pratiques mais la nationalité, l’ethnie, la religion, ou le genre ne font pas partie des critères sur lesquels nous nous basons afin de réaliser les mises en relation.





Vous n'avez pas trouvé réponse à vos questions ?

J'ACCUEILLE EST SUR LES RESEAUX
  • Facebook
  • Instagram
CRÉE AVEC PASSION PAR

SINGA France

75011 Paris, France

​​​jaccueille@singa.fr

NOUS CONTACTER
NE MANQUEZ AUCUNE NOUVELLE !