_DSC0471.jpg

QUI SONT LES PERSONNES ACCUEILLIES ?

Qui sera la personne que je vais héberger ? A-t-elle le statut de réfugié ?

Comment l’équipe J’accueille l’a-t-elle rencontrée ?

Héberger les personnes réfugiées en France

 

Après un parcours de demande d’asile en France qui peut parfois durer plusieurs années, un grand nombre de personnes bénéficiaires de la protection internationale (statut de réfugié, protection subsidiaire) se retrouvent sans capacité d’être hébergées.

 

L’obtention du statut de réfugié marque une délivrance suite à la période de demande d’asile, au cours de laquelle l’incertitude de la décision attendue rend difficilement possible la projection dans le pays d’accueil (l’obtention de la protection internationale étant alors incertaine, et le droit de travailler très restreint). 

 

Une fois la protection internationale obtenue, il devient désormais possible aux anciens demandeurs d’asile, néo-réfugiés de s’installer, de travailler, de se projeter et de devenir acteur de leur pays d’accueil. Pourtant, le statut de réfugié ne garantit pas pour autant l’accès à la stabilité d’un logement, ou à l'indépendance. 


Alors que 60% des personnes en demande d’asile vivent dans des centres créés pour les héberger (CADA, HUDA), le passage du statut de demandeur d’asile à celui de réfugié occasionne des modifications dans l’accompagnement proposé par le dispositif national d’asile. N’étant plus demandeur d’asile, une personne réfugiée hébergée doit quitter le centre pour trouver une solution de logement qui lui est propre. Seules les personnes les vulnérables pourront être accueillies dans d’autres centres, les Centres Provisoires d’Hébergement (CPH). Pour les autres, fraîchement débarqués sur le marché de l’emploi et avec des expériences souvent pas encore reconnues, en l’attente d’un emploi stable qui se gagnera à plus long terme, un second combat commence : entre réseau informel, files d’attente pour un logement social et marché privé à la mesure des facultés, il faut se loger.

Plus qu’héberger : accueillir !

L’accueil chez les particuliers organisé par J’accueille représente une solution temporaire efficace permettant aux personnes au statut de réfugié de gagner en autonomie. Nous savons tous qu'un projet professionnel se pense à long terme ; un état d'esprit incompatible avec l'urgence de trouver un toit. Pour que la personne ait le temps de poser les bases d'un projet à long terme (l’accès aux ressources facilitant la recherche d’une solution de logement pérenne), J'accueille propose aux personnes réfugiées d'être temporairement libérées de cette urgence. 

 

L’immersion culturelle leur permet également de rencontrer de nouvelles personnes, d’apprendre la langue ainsi que les codes socio-culturels du pays d’accueil.

 

En ouvrant votre porte, J’accueille vous propose une mise en relation adaptée (prise en compte autant que possible de vos centres d’intérêts et domaine d’activité), afin que l’échange et le partage s'installent dans votre cohabitation.

Qui sont les personnes accueillies ?

Pour être accueillies dans le cadre de J'accueille, les personnes bénéficiaires de la protection internationale (réfugié ou protection subsidiaire) doivent vouloir vivre une expérience d’immersion et avoir un projet. J’accueille est destiné aux personnes majeures (l’accompagnement de mineurs isolés dépend de l’Aide Sociale à l’Enfance). J’accueille ne concerne pas les personnes au statut de demandeur d’asile, l’Etat et ses opérateurs partenaires étant en charge de leur accompagnement. 


Les personnes qui nous sollicitent sont majoritairement des hommes, ayant le moins facilement accès à d’autres solutions. Ils sont arrivés en moyenne entre 1 et 3 ans plus tôt,  de divers pays, principalement d’Afghanistan, du Soudan, de la Syrie, de l’Erythrée, d’Ethiopie, du Tibet et de la Russie. Des femmes participent également à notre programme. Elles représentent 21% des personnes accueillies.

Comment ces personnes nous contactent-elles ? 

Pour intégrer le programme en tant qu’accueilli.e, différentes entrées existent. 

- Certaines personnes nous contactent par elles-mêmes, venant à notre rencontre dans nos locaux, ou nous contactant via notre site. 

- Certaines sont orientées par des acteurs associatifs en charge de leur accompagnement social.

- D’autres nous sont orientées par des associations ou organismes partenaires, que nous connaissons bien. Dans ce cas, elles ont généralement bénéficié (ou bénéficient encore) de leur programme, comme :  

To play, press and hold the enter key. To stop, release the enter key.

Quelle que soit leur manière de prendre contact avec nous, des entretiens individuels sont réalisés avec chacun.e d'entre eux afin de les rencontrer, les connaître davantage et identifier leurs besoins. 

Puis, ils sont conviés à une formation pour les personnes accueillies, similaire à la réunion d’information des personnes souhaitant héberger, qui a comme objectif de leur présenter le cadre du programme, leur expliquer la cohabitation interculturelle et les règles de cohabitation. 

Selon leur projet, leurs centres d'intérêt, elles seront mises en relation avec une personne qui est d’accord pour accueillir.