top of page

L’hébergement citoyen adoubé par les Nations-Unies

Paris - Le 14 février dernier, le Haut-Commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés (HCR) présentait devant l’Assemblée Nationale un rapport intitulé L’hébergement citoyen des réfugiés ukrainiens, tirer les enseignements d’une exceptionnelle solidarité. Ce rapport est la dernière publication référente, en date, sur l’hébergement citoyen, son rôle et son impact suite aux crises humanitaires et militaires entraînant d’importantes migrations.


2 ans après le début de la guerre en Ukraine, le rapport revient sur une période d’engagement citoyen historique, où “en quelques semaines, pas moins de 40 000 personnes ont proposé des hébergements pour les Ukrainien·ne·s sur la plateforme ouverte par l’État” (contre environ 300 personnes par an jusque-là). Dans ce rapport, le HCR met en avant plusieurs observations, dont la nécessité d'un soutien aux citoyen·ne·s qui ouvrent leurs portes (tant sur le plan financier que social), la détermination d'une période précise, ainsi qu'une prise en charge adaptée aux particularités des territoires.


Ce rapport rappelle, si besoin était, combien l'hébergement citoyen, quand il est dûment encadré par des professionnel·le·s et soutenu par l'État, est une solution efficace. Chez J’accueille, nous considérons qu’il devrait devenir une norme, au-delà d’un hébergement d'urgence qui, certes primordial pour répondre aux crises et à l'urgence, doit pouvoir subsister au quotidien.


J'accueille, aux côtés de l’association JRS, a participé aux auditions menées par les Nations-Unies sur le sujet, et notre méthodologie d'accompagnement est citée à plusieurs reprises. Communiquer auprès des familles, les accompagner durant la cohabitation, soutenir les personnes accueillies dans leurs démarches administratives, c'est notre travail, et nous nous y attelons chaque jour à vos côtés. Après les rapports sur la pertinence juridique et politique des dispositifs “ukrainiens” d’une part, par le conseil d’état, et sur la pertinence budgétaire de cette politique, étudiée par la cour des comptes, c’est autour des organisations internationales d’encourager la politique d’accueil à davantage d’ambition. Nous espérons que votre voix, et la nôtre, seront entendues dans les prochains mois, pour créer de l'entraide, du lien social, plutôt que de la précarité.



Comentarios


bottom of page